« mai 2005 | Accueil

Un bon compagnon pour les nomades

Après deux mois d'utilisation, un petit bilan sur le SK65 s'impose. Je n'avais pas eu de Siemens entre les mains depuis longtemps, donc j'avoue avoir été un peu perdu avec l'interface et les menus, et c'est probablement ce qui fait gagner ou perdre le plus de temps en fonction de l'intuitivité de leur conception.
Il m'a fallu oublier mes réflexes et repartir à zéro. Cela s'est relativement bien passé, l'intuitivité des menus et sous-menus est assez bonne, les fonctions les plus courantes et leurs raccourcis sont faciles à repérer, impression positive de ce côté.
L'appel d'un correspondant se trouvant dans le carnet d'adresse est bien conçu grâce à l'indexation et la reconnaissance automatique au fur et à mesure de l'entrée des caractères du nom, rien à regretter de ce côté là non plus.
Heureusement que la possibilité existe de se passer des petites animations au démarrage et au moment où l'on éteint le téléphone, parce que là, j'avoue que que j'ai failli devenir fou dans des cas où j'avais besoin d'appeler en urgence et qu'il m'a fallu attendre la fin des dîtes animations avant de pouvoir passer mon coup de fil...
J'ai bien sûr beaucoup apprécié la fonction principale du SK 65, l'association avec le service BlackBerry, le clavier intégré pivotant est également une belle réussite en terme de design et de fonctionnalité. Certes, ça reste un petit clavier, mais c'est parfaitement utilisable pour des SMS et des mails courts, ce que je ne fesais jamais auparavant sur mon téléphone, pas question de taper 5 lignes avec le pouce...
On a trop souvent tendance à penser que l'on trouvera toujours un point de connexion Internet pour relever ses mails où que l'on aille, surtout quand on est utilisateur régulier de WiFi, et malheureusement on perd souvent beaucoup de temps au final. Beaucoup de grand hôtels ne sont pas du tout aussi bien équipés qu'ils le prétendent, les hotspots ne sont pas non plus aussi simples d'accès qu'on veut bien le laisser croire, et c'est dans ces cas de figure que j'ai le plus apprécié la fonction BlackBerry. C'est un moyen vraiment très pratique et efficace de rester connecté où que l'on soit quasiment, et le fait d'avoir le service intégré dans le téléphone est vraiment un plus.
Par contre, il faut absolument que constructeurs et opérateurs communiquent mieux ensemble pour orienter l'utilisateur lors du paramétrage initial, parce que là, il y a de vrais progrès à faire. Quand la part des services est aussi importantes dans un téléphone, il faut impérativement pouvoir obtenir un interlocuteur compétent rapidement pour nous aiguiller dans la configuration. Le manuel n'est jamais suffisant...

Donc en conclusion, l'expérience est très positive en ce qui me concerne, je vais effectivement l'adopter au quotidien, l'abonnement au service BlackBerry n'est certes pas négligeable, une trentaine d'euros par mois, mais j'apprécie l'accès immédiat à mes emails, c'est tranquilisant, d'autant que je suis de plus en plus souvent en déplacement. Le fait également d'avoir les 2 en 1 est également très confortable, l'idée d'avoir un téléphone + une "calculette" BlackBerry ne m'aurait absolument pas convenue.

Guillaume du Gardier, le 09 juin à 16:41 | PermaLien | Commentaires (2)

BlackBerry, un cheval de Troie

Le Monde Informatique du 3 juin consacre une page intéressante avec le titre BlackBerry, un cheval de Troie pour cadres dirigeants. J'ai enfin compris pourquoi IBM était contre le BlackBerry. Il tourne sur des serveurs dédiés qui sont localisés au Canada et en Grande Bretagne. Ceci a l'avantage de savoir se faire écouter par le Gouvernement Américain à travers la CIA et le système d'écoutes américain Echelon (tout comme Lotus Notes et Outlook, dès que l'on utilise les réseaux internationaux).
Plusieurs opérateurs français assurent aujourd'hui la promotion de BlackBerry. Est-il prévu un hébergement des serveurs BlackBerry sur notre territoire pour satisfaire les membres illustres de l'Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) ?

Paul Vincent, le 03 juin à 11:50 | PermaLien | Commentaires (2) | TrackBack